Communiqué de presse - 06.12.18

06/12/2018
Ofcet 32 - presse 3

Ofcet 32 Nautic de Paris 2018


L’Ofcet 32² : plus rapide que les 36 pieds !

L’Ofcet 322 n’est plus tout à fait le même bateau que celui de 2017 : 250 kg de moins, 10 m2 de toile en plus, une nouvelle quille, des ballasts. Ce 32 pieds, rapide à toutes les allures et extrêmement marin, a signé ses premières victoires en 2018, terminant, en réel, devant des 36 pieds.

Explications et témoignages.

 

Sorti en 2017, l’Ofcet 32 a, en deux saisons, été très largement optimisé. Initialement conçu pour répondre aux exigences de l’IRC 3, il a depuis été adapté pour la course au large et semi-hauturière en équipage réduit : c’est devenu l’Ofcet 322.

 
Ofcet 32 - presse

Yann Dube, responsable du chantier Ofcet : « Nous avions fait l’erreur de vouloir faire entrer l’Ofcet 32 dans la catégorie IRC 3. Nous avions donc alourdi le bateau et réduit son plan de voilure. Il était complètement bridé. Avec sa carène à forte stabilité de forme, en l’alourdissant et en le sous-toilant, nous avons étouffé son potentiel.

En collaboration avec le cabinet Lombard, il a donc été décidé de le remettre dans ses lignes.

Les Ofcet 322 sont désormais dotés d’une nouvelle quille, plus légère. Le plan de voilure a été revu avec plus de surface pour le genois (+ 1,5 m2), la grand-voile (+ 3,5 m2) et le spi (+ 5 m2). Et pour renforcer sa raideur naturelle, le bateau a été doté de ballasts (320 litres). C’est clairement un nouveau bateau, optimisé et fiabilisé.»

 

Plus léger, plus toilé et ballasté, l’Ofcet 322 se révèle… et gagne !

Ces évolutions ont été testées en 2018 et largement validées : l’Ofcet 322 a remporté l’ArmenRace (en réel devant des 36 pieds), la Transgascogne-45.5, le Tour de Corse et l’Atlantique Le Télégramme.

A chaque fois, l’Ofcet 322 a impressionné par sa vélocité, dans le petit temps comme dans la brise, au portant comme au près.

 
Ofcet 32 - presse 3

Témoignages

« C’est un bateau très sain, sur lequel on n’hésite pas à tirer. Il est rapide, puissant et vraiment agréable. Il est très marin, facile à manœuvrer en équipage réduit », Benjamin Dutreux, skipper.

« L’Ofcet 322 bénéficie, de par sa conception, d’une bonne stabilité de carène. Maintenant qu’il est allégé, plus toilé, qu’il bénéficie de la raideur apportée par les ballasts et qu’il garde son rating : c’est tout bénef’ ! Ca va être une tuerie au portant ! », Xavier Macaire, skipper.  

 

« Avec la nouvelle quille et les ballasts, le gain en sensation est impressionnant ! Le bateau est immédiatement entré dans ses lignes, avec beaucoup de puissance », Lanig Daoulas, propriétaire d’un Ofcet 322.

 

« Les débuts ont été difficiles. Mais avec la nouvelle configuration, le bateau a révélé un potentiel phénoménal ! », Jean-Philippe Cau, propriétaire d’un Ofcet 322.

 

Désormais parfaitement fiabilisé et optimisé, l’Ofcet 322 devrait à nouveau faire parler de lui en 2019 et, pourquoi pas, sur la Transquadra 2020… 

 

________________________________________

 

Témoignages coureurs

 

Un bateau très sain, sur lequel on n’hésite pas à tirer

Benjamin Dutreux, skipper professionnel, circuit Figaro Bénéteau, et vainqueur du Tour de Corse sur l’Ofcet 322 : « J’ai vraiment été très agréablement surpris par l’Ofcet 322 ! Je l’ai découvert à l’occasion du Tour de Corse, nous avons eu toutes les conditions (pétole, brise) avec du près, du portant… J’ai retrouvé des sensations de Figaro 2 ! C’est un bateau très sain, sur lequel on n’hésite pas à tirer. Il est rapide, puissant et vraiment agréable. Il est très marin, facile à manœuvrer en équipage réduit : on peut attaquer sans problème ! Il n’a pas de point faible, c’est un très bon bateau de large. »

 

Ca va être une tuerie au portant ! 

Xavier Macaire, skipper professionnel, circuit Figaro Bénéteau, et vainqueur de l’Armen Race sur l’Ofcet 322 : « L’Ofcet 322 est aussi rapide que des 36 pieds, voire plus rapide au largue serré par 20 – 25 nœuds. Il décolle vite et accélère tout de suite sur la vague pour attraper la suivante… Il bénéficie, de par sa conception, d’une bonne stabilité de carène, et maintenant qu’il est allégé, plus toilé, qu’il bénéficie de la raideur apportée par les ballasts et qu’il garde son rating : c’est tout bénef’ ! Ca va être une tuerie au portant ! Ce sera un très bon bateau pour le large et les côtiers.»

 

Le gain est considérable : on est plus rapide que les 36 pieds !

Lanig Daoulas, propriétaire de Black Mamba, premier Ofcet 322 doté de ballasts : « en 2017, le bateau était excessivement raide. Il ne prenait pas ses marques. Il fallait beaucoup de vent pour qu’il puisse s’exprimer. En augmentant la surface des voiles, on a déjà pas mal gagné en performance. Mais avec la nouvelle quille et les ballasts, le gain en sensation est impressionnant ! Le bateau est immédiatement entré dans ses lignes, avec beaucoup de puissance. Le gain est considérable : on est plus rapide que les 36 pieds !

C’est un bateau sécurisant, costaud et polyvalent. Il est taillé pour le large et le semi-hauturier. »

 

Le bateau a révélé un potentiel phénoménal !

Jean-Philippe Cau, propriétaire du 5e Ofcet 322 : « Les débuts ont été difficiles. Mais avec la nouvelle configuration, le bateau a révélé un potentiel phénoménal ! Sur l’Armen Race comme sur l’Atlantique Le Télégramme, nous étions plus rapides que les 36 pieds, on a rattrapé et doublé un J112.

C’est un très bon bateau dans toutes les conditions. Il est fait pour de l’équipage réduit, car il ne supporte pas d’être alourdi. Et comme toutes bêtes de course, il demande à être réglé avec finesse… »

 

________________________________________

 

Le mot du cabinet d’architecture

 

La stabilité de forme : un gage de performance

Eric Levet, cabinet Lombard , architectes de l’Ofcet 32 : « Aujourd’hui, nous avons trouvé le bon équilibre. Le bateau a gagné en performance sur toute sa polaire. Suite à nos études théoriques et nos expériences en IRC (MC34), nous avions opté pour un parti pris fort en termes de stabilité de forme par rapport à la concurrence, car les analyses VPP donnaient un avantage très clair sur les parcours offshore.

La Transquadra nous a servi de base de réflexion pour faire évoluer l’Ofcet 32 en terme de stabilité et de poids. Nous nous sommes également inspirés des optimisations apportées au Lift40 (Yoann Richomme vainqueur de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe en Class40), notamment concernant le travail sur l’assiette longitudinale, élément clé de performance pour ces bateaux à fort volume avant

Aujourd’hui, l’Ofcet 322 a beaucoup progressé et il gagne aisément en compensé et parfois en réel face à des concurrents beaucoup plus longs. La tendance des nouveaux modèles qui sortiront en 2019 s’inspire d’ailleurs de ce que l’Ofcet 32 a initié en 2017.»

 

________________________________________

 

Toutes les informations techniques et tarifs sont à retrouver sur www.chantier-ofcet.com

Les responsables du chantier Ofcet se tiennent à votre disposition pour toutes informations complémentaires. Ils seront présents au Nautic du 8 au 12 décembre.

 

________________________________________

 

Contact presse : Catherine Ecarlat – 06 79 54 22 83 – catherine@ecarlat.fr

Contact chantier : Yann Dube – 06 86 84 25 33 -yann.dube@chantier-ofcet.com

Crédit photo : DR

 

Télécharger/Imprimer